Giov' le fait remarquer très justement, il pourrait être agréable d'échanger des conseils de lecture pour cette période de farniente (pas pour tous).

Voici donc une sélection sur le vif, d'autes suivront !

A éviter : "le bonheur en marchant", l'auteur  s'écoute parler en marchant, et nous livre sons secret : ses pensées pendant la marche sont surtout sexuelles, tiens donc. Allons, quelques passages intéressants sur l'évolution des espèces, de la bactérie à l'homo erectus, qui peuvent être agréablement remplacés (ou complétés ...) par une visite au museum d'histoire naturelle.

Si je peux, je me procurerai "marcher : une  philosophie" de Frédéric Gros...


PICT8863

A découvrir si vous ne les connaissez déjà : la poésie éblouissante d'Eugenio de Andrade, sensuelle et solaire, et celle de Cavafis dont je vous touchais un mot précédemment.

Une envie : "L'explosion de la durite" m'a été vivement conseillée par ma libraire, tout comme le dernier livre de cet auteur qui me parait fort alléchant :"Un chien mort après lui"

Apprécié : "Les Onze" de Pierre Michon, dont je vos conseille aussi "Vies minuscules". J'en aime l'écriture un peu compliquée et très évocatrice. Je lui reproche un peu sa brièveté, préférable bien sûr au côté trop délayé que l'on peut déplorer dans bien des ouvrages !  Un extrait pour vous :

A Combleux il fait jour. Il y a le fleuve, le ciel, l'été. On est loin de ventôse. C'est à Combleux qu'il faut revenir, pour bien voir l'enfant ; et pour voir deux femmes en grandes jupes claires qui fléchissent éperdument vers lui. On sait ce que disait d'elles, à sa façon voltairienne François-Elie, bien plus tard, quand elles n'étaient plus que cendres : Elles m'ont tué d'amour mais je le leur ai bien rendu.

(Pierre Michon, Les Onze, ed. Verdier)