Au comptoir, White Spirit demande « un diabolo-grenadine et un demi-panaché », s’il vous plaît ». Parce qu’il est poli, WS, je tiens à le souligner.
Le garçon répond - « deux boules ou trois boules ?», parce qu’il a de l’humour, le caissier de l’ABC, je tiens à le souligner aussi.
Et en fin de compte il nous sert deux places de cinéma.
Ce qui est logique, vu qu’on était dans un cinéma.
C’était une bonne idée, parce que ça nous a permis de voir un très beau film.

Très très, même.

J’ai un petit peu pleuré, mais c’était peut-être à cause de quelques remontées perso, ce n’est peut-être pas tout à fait indispensable.

« Walk the line », c’est l’histoire d’un mec qui a une enfance pas facile, une femme pas facile non plus,
...(WS a trouvé qu’elle était pas chiante, je m’interroge...)
...mais je m’égare, une jeunesse pas facile, donc, puis une ascension pas facile, un romantisme pas facile, et puis quand on dirait que ça va enfin commencer à rouler,le film est fini, et au choix on essuie sa joue ou on dit un gros mot.
Les comédiens sont extraordinaires, interprétant eux-mêmes avec virtuosité toutes les chansons du film, nous permettant de plonger en apnée dans cette histoire triste et gaie de vie, de mort, d’amour et surtout d’humanité.
Un peu de morale, mais pas trop de bons sentiments.
Du drame, mais pas trop de pathos.
Américain à fond, et cependant pas trop cliché.

Si vous aimez Johnny Cash, courez-y.
Si vous ne connaissez pas Johnny Cash, volez-y.
Si vous n’aimez pas la country, allez-y quand même.
Si vous l’avez déjà vu, euh... ne la ramenez pas, et je sais que je suis pas rapide...

http://www.cinempire.com/films/walktheline/fiche.html


Bon, ben vous m’en mettrez trois mètres, en fin de compte, s’il vous plaît, mais pas trop de mayonnaise, merci.