18 janvier 2010

Angoisse au muséum

La lueur des vitrines laisse à peine deviner le visage blafard de la mère. "C'est un fou de Bassan" murmure-t-elle. "On a vu le loup ?" demande l'enfant. "Non, ce n'était pas un loup" "Mais où est papa ?" On entend au loin les pleurs étouffés d'un bébé, des pas assourdis. "On va voir les dinosaures?" "Oui on va y aller". Elle le prend par la main. Au détour d'un couloir obscur, une femme leur indique l'ascenseur. A l'étage, ils sont arrêtés devant un squelette... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 22:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

24 octobre 2009

O. m'écrivait

Ma mère m'aurait-elle écrit des mails ? "Jette-les" m'a dit l'autre jour un collègue  -pas celui des Chamonix orange-  venu boire le café,  en désignant un carton de lettres exhumé d'un lointain garage, qui encombrait l'entrée de mon appartement. Nous réservions le téléphone  aux informations pratiques : "j'arrive par l'autobus vendredi soir". Le fil de la conversation se poursuivait  suivant le débit des cartouches d'encre, de feuille en feuille, d'une enveloppe à l'autre."Tu sais,... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 15:43 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
16 juin 2009

Pleurer au théâtre

J'aime bien pleurer au théâtre.  Il faut faire un petit effort pour cela  : on n'est pas tout de suite dans l'état favorable. C'est comme gravir une échelle, ou comme les barrière d'énergie à sauter en mécanique quantique, un degré, puis un autre, et patiemment  on s'installe, sur le barreau des larmes, on accueille le spectacle, et elles roulent toutes seules. Elles glissent sur les joues, dégringolent sur le nez, où elles forment une goutte qui fiinira par tomber sur les bras croisés. C'est délicieux.
Posté par Ennairam à 18:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 octobre 2008

photo-graphie

Cloître des Augustins Toulouse On dit prendre une photo.Prendre : s'approprier, posséder. Toucher avec l'objectif ce que l'on ne peut toucher avec ses doigts, ce que l'on ne peut appréhender. J'avais la même sensation avec la pointe de mon crayon, le biseau de ma sanguine ou la touffe de poils de mon pinceau soigneusement modelée en pointe fine, imbibée de gouache ou d'aquarelle, de toucher ce que je dessinais. S'étaler sur le papier dans une impossible caresse. Inaccessible possession transcendée par une tentative  de... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 09:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2008

1, 2, 3, 4 Dada ! (monologue ferroviaire)

possible le lecteur aucun c'était une gare billets possible partant néanmoins comment le dire perplexe fois inscrits en était-il ce n'était le lecteur prendre s'arrêtait bien un TGV et perplexe cette gare les mots : aucun dans était de blanc pourtant concentré à billets rien ne vous ...oui ? relut noir ne s'arrête...empêche bien gare TGV de de rien ... prendre de septième à cette... pour ... était dans TGV il de de ne là ! (Prenez des ciseaux)
Posté par Ennairam à 10:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 avril 2008

Prix et privilèges

Message commenté : PRIX D'EXCELLENCE Bibliothèque de Lyon (anamnèse) Je me souviens des distributions des prix lorsque j'étais enfant. C'était au théâtre le Comoedia, qui était aussi un cinéma. Mon frère et ma sœur recevaient quelques livres, que j'étais impatiente de regarder. Un soir de cafard à l'entrée en sixième, je me consolais à l'idée que j'aurais enfin ces prix qui n'existaient pas à l'école primaire. Ce jour-là, au mois de juin,  on nous a attribué les prix : je crois que j'avais un premier prix de... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2008

Les volutes d'un Monte Cristo sont inextricables

- Ce que j’aime l’odeur de ton cigare !- Pas seulement l’odeur semble-t-il …- Il va falloir faire cet entretien. - Oh la barbe ! - Je risque de me faire virer par madame Teta sinon. - Pauvre choute, allez, par quoi veux-tu commencer ? - Je n’en ai pas la moindre idée. - Fais un effort, c’est ton boulot enfin !- Mais qu’est-ce que je peux te demander, bonté divine ? Je ne suis pas inspirée du tout, ce n’est pas que je ne me pose pas des questions à n’en plus finir, mais de là à te les poser à... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 01:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
29 mars 2008

Enfances

Je me souviens de ce premier jour d'école à quatre ans. On me donne un demi-cahier vert, à  doubles lignes,  j'écris aussitôt des mots au crayon sur les pages du milieu ; m'apercevant que c'est  interdit,  je les  gomme  en froissant la feuille. Un soir de septembre j'ai traversé la cour du lycée en cherchant l'odeur des feux dans les champs. A dix ans,  le passage des salles de classe à l'internat se substitue aux trois kilomètres de marche qui me ramenaient de l'école primaire. Maigre... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2008

Araignée du matin

Pour la plus part des jeunes filles, le mariage est un rendez vous à ne pas manquer.  Elle ne manque donc jamais les rendez-vous, arrive un peu essoufflée, rougissante et le cœur battant. Puis elle s’assied calmement, nous échangeons quelques mots. Enfin elle fait glisser ses vêtements, se prête avec candeur  à mes mains habiles. Elle rayonne dans le miroir. Je l’attends, le soir, du fond de mon salon, le matin parfois. Aujourd’hui elle viendra, et je sais que c’est la dernière fois. Il y aura cette dernière ... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 22:24 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
22 novembre 2007

de marbre

Né, jailli, flottant plus dur et plus ciel et plus coeur et plus marbreÔ l'exacte photographie de l'âme ces deux motsVienne la nuit sonne l'heureEt l'âme entend gémir le marbre du cercueilMais qu'est-ce que la voix qu'on fêle dans la voix ?Buvons joyeusement ! Chantons jusqu'à l'ivresse !Rengaine ancestrale pétrifiant les gardiens de tombeauxEt sans coeur et sans nom, étendu - est-ce moi ? Avec l'aimable participation de :    Robert desnos   Guy Goffette  Guillaume Apollinaire  Stéphane... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]