Les deux soeurs TATIN avaient hérité de l’hôtel familial qu’elles faisaient honnêtement valoir.

 

pho_caroline.jpg

La plus âgée, Stéphanie, recevait la clientèle. Droite, franche, d’égale humeur en toute circonstance, on la citait en exemple. Chaque pensionnaire de l’hôtel était considéré en ami et certains demandaient conseil en affaires à la tendre Caroline, tant on la disait avisée à toute chose.Notre hôtesse avait autour d’elle une sorte de cour qui avait fait surnommer gentiment Caroline, « La petite Impératrice de Sologne ».

 

pho-stephanie_1.jpg

Caroline, sa cadette de 14 ans, s’occupait de la cuisine. Du matin au soir, elle s’activait derrière ses fourneaux et ses casseroles en cuivre. C’était un fin cordon bleu, mais elle avait un terrible défaut ; celui d’être étourdie comme il n’est pas permis de l’être ! Sa spécialité était la tarte aux pommes, qu’elle servait croustillante, caramélisée et fondante à souhait.