pendant que Frivoli sommeille....

SP_A4212

autrefois je disputais l'espace sonore au petit matin avec les Dies Irae de mon serpent personnel
puis l'espace m'a paru bien vide,
je suis plutôt du genre conviviale voire un peu trop collective.
J'appréhende maintenant quand seuls les murs m'accompagnent, et je me censure...Ce qui n'arrange pas la résistance des cv (traduire cordes vocales) et encore moins la confiance en soi.
Faire des abdos pour renforcer le soutien, gymnastique sensorielle du cou, donner des cours ? 

Par peur de la solitude j'inaugure depuis quelques temps une nouvelle manière de travailler :
le lardon de la frisée m'a enregistré des fichiers mp3 dûment rétribués
et je chante devant l'ordi, ce qui n'empêche pas d'utiliser les doigts.
SP_A3976 SP_A4181 SP_A4202 SP_A4203

oserais-je dire cependant que je manque un peu... d'auditoire ? (ou si rarement l'occasion, même  pas de petit concert de Noël...)
le trac du coup me reprend de plus belle

Ce qu'aucun cynorrhodon à la vitamine C ne peut corriger (sauf en brunch frivolien peut-être ?)
ni les castagnades rurales, fussent-elles accompagnées de danses occitanes

SP_A4182_moulin_broyeur_maison SP_A4207_prunelle__tiquette_Formigui_re  SP_A4208_cynorrhodon
SP_A4175
SP_A3968_castagnade

Autres temps, autres moeurs, 
j'ai toujours prétendu concilier des domaines différents
il est peut-être temps de laisser de côté certains pans ?

SP_A4172 SP_A4173
les quartiers s'équipent au sol, en l'air;
je râle (ça, ça ne change pas !)trouvant dérisoires les prétendues améliorations de circulation annoncées quand il devient problématique de sortir de son immeuble, que certains quartiers ne seront pas reliés  (la transversale Le Mirail- Ramonville, même dans les futurs projets accessibles actuellement à la consultation dans les mairies annexes) et que même l'aéroport nécessite toujours le plus souvent un véhicule en balance à de nombreuses expropriations.
Cela me rappelle un texte de l'épreuve de Suédois pour le bac où l'auteur compare la vie à ce train surgi de nulle part qui passa devant lui lors d'une promenade forestière, la main calée dans la sécurité de celle de son père et qui semblait ne mener nulle part :  "När jag var b°artot ty °ar gammal, mins jag, tok far mig i handen en Sundags äftermiddag ... vi vinkade farwell °at Mor som moste stanna hemma och pr°atade maten.... Vi skulle ut i skogen och höra p°a vogelsongens... och vinten hade n°ogo (inget ?) slut ...

pas de traduction g...le, j'essaie de faire appel à mes souvenirs même si je n'ai pas de A avec ° dessus, c'est toujours ça de pris sur Al....z...mer.

Tiens ? il neige sur Toulouse ! ( :) LC, JC, Philou, ML)

SP_A4223

allez les gens, dormez en paix malgré ces râleries
il y a encore de beaux restes !

_e_SP_A3928