Jenny Jackson naquit le 15 juillet 1968 à New York dans le quartier du Bronx.
Elle était fille unique et ses parents de race noire étaient également nés dans le Bronx où ils vécurent jusqu’à leurs décès en 2004 de l’exploitation d’un modeste fast-food.

À l’âge de 16 ans, Jenny développa une telle obésité qu’elle fut obligée d’arrêter l’école et suivre un traitement de plusieurs années à l’hôpital puis à domicile.
Les frais de santé furent financés en grande partie par une association religieuse du secteur.
En 1988, son état s’étant bien amélioré, elle trouva grâce à cette association un emploi dans une entreprise de nettoyage industriel ayant pour clients principaux les exploitants ou les propriétaires des tours de New York.
En se levant vers six heures le matin du 11 septembre 2001, Jenny eut un léger malaise qui la força à se recoucher et à prendre un des médicaments d’urgence qui lui avaient été délivrés.

Vers huit heures, elle appela son chef et lui assura qu’elle rejoindrait dans moins d’une heure son poste de travail dans la tour sud du World Trade Center à Manhattan.
Quelques minutes pour tard, elle montait dans une rame du métro à la station située à un centaine de mètres de son domicile.
Le train fut immobilisé une demi-heure plus tard dans la station précédant celle du World Trade et au bout d’un long moment, il fut demandé aux passagers de quitter la rame et de sortir de la station.

Jenny se retrouva dans la rue au milieu d’une panique indescriptible : une foule compacte courait dans tous les sens essayant de se frayer un chemin parmi un essaim vrombissant de véhicules aussi éperdus qu’elle.
Levant la tête, elle aperçut d’énormes nuages noirs envelopper les deux tours jumelles.
Effarée par cette vision, elle fit quelques pas en arrière ; trébucha sur le rebord du trottoir et, déséquilibrée, chancela quelques mètres sur la chaussée.
Elle fut alors violemment percutée par un camion de pompiers qui se précipitait vers le sinistre.
Elle mourut sur le coup.