Ma mère m'aurait-elle écrit des mails ?

"Jette-les" m'a dit l'autre jour un collègue  -pas celui des Chamonix orange-  venu boire le café,  en désignant un carton de lettres exhumé d'un lointain garage, qui encombrait l'entrée de mon appartement.
Nous réservions le téléphone  aux informations pratiques : "j'arrive par l'autobus vendredi soir". Le fil de la conversation se poursuivait  suivant le débit des cartouches d'encre, de feuille en feuille, d'une enveloppe à l'autre.

"Tu sais, vivre, c'est être prêt à se transformer, s'oublier un peu, donner beaucoup, ne pas attendre grand-chose, mais être comblé par tout ce qui arrive de bon et que l'on n'attendait pas ...J'ai l'impression de faire un sermon ! Ne le prends pas ainsi, j'aimerais que tu sois là, les mots s'envolent, restent les idées, sans le ridicule de les voirs écrites ..." O. 11 mai 1977

Ma mère aurait sans doute aimé l'internet.