Pour moi, le pyjama, comme le chocolat au lait, se situe dans le rayon de l'enfance, où je les ai remisés il y a bien longtemps.
Bien sur je suis obligée, lors de mes randonnées, d'enfiler une nuisette payée quatre euros à la halle aux vêtements, pour affronter avec pudeur la pregnante promiscuité des refuges de montagne. Je me hâte de la retirer dès que je me suis glissée dans mon drap de soie bleue en forme de sarcophage et après l'extinction des yeux.
Sinon, l'idée de porter le moindre vêtement pour dormir me parait inconfortable et saugrenue.
Est-ce ma radio préférée ou un quelconque magazine féminin qui traitait du désir qui s'émousse dans les vieux couples (pierre qui roule ne s'émousse) ? Le sexologue distingué invité pour l'occasion donna  un conseil vestimentaire. Suggéra-t-il que monsieur fasse l'acquisition d'un slip léopard ou kangourou ? d'un T-shirt noir moulant et sans manche, d'un Marcel ou d'une chemise blanche ? Que madame  s'adonne à la guêpière ou au porte-jarretelle ? Que nenni ! D'ailleurs  Raymonde et Marcel ont d'autres préoccupations que les courses dans les sex-shops ou autres boutiques de frivolités. Non, il donna ce conseil simple, à la portée de tous : "Dormez en pyjama". Je vous passe les explications qui tombent sous le(s) sens, (une trop grande habitude de la nudité réciproque etc.) et j'espère que vous serez heureux d'avoir appris quelque chose aujourd'hui.

Une question tout de même : et si Raymonde et Marcel dormaient déjà en pyjama ? Hein ?

Et une autre question à la con, que je vous pose à vous lecteurs et lectrices chéris, blogueurs et blogueuses aimés, moi qui n'ai pas l'occasion de venir vous border ou vous lire une histoire le soir : mais dans quel appareil dormez-vous ?