Foin des achats uniformes et règlementaires, j’ai préféré t’offrir, Honey, un cadeau fait maison, réalisé avec cœur.
J’ai ouvert mon grimoire à la page de
l’élixir d’éternelle jeunesse, et

d’une pincée de sable chaud, d’un soupçon de jalousie, d’un frisson de rire, d’un tout petit duvet de paon (à peine, à peine, à peine !), d’une étincelle noire, d’un souffle de printemps, d’une plume d’aile de moulin de la Mancha, d’un grain de folie, d’une larme d’émotion, d’un rien de rébellion, d’un cheveu de la reine des chats, d’un éclat de perle provenant d’une huître égyptienne 333-fois-arrière-petit-fils (ou -fille, comme tu voudras, puisque la bête change de sexe chaque saison, comme le savent tous les amoureux des huîtres) d’un fournisseur de Cléopâtre VII, de paillettes de peccadilles fraîches, de poudre d’une soie de Max (feu le compagnon de Ge
rges Clney, paix à son âme), d’une très très jolie pomme-de-terre, d’armagnac hors d’âge QSP ce qu’il faut, sans oublier de parsemer quelques atomes bien cro chus et de secouer l’ensemble sur un rythme de bossa-nova au clair de lune,
j’ai réalisé ceci pour toi :

potion_thumb


Pardon ?

Tu en avais déjà ?

Ah.

Bien sûr, j’aurais dû m’en douter…