Vendredi, dernier jour de la semaine, peu de cours je finis à 15h, je serai vite à la maison, tant mieux....
Je pars à 9h pour commencer mes cours à 10h.
A 11h le collègue avec lequel je travaille sur cette dernière heure de la matinée m'annonce qu'une explosion a eu lieu à Toulouse.

Angoisse, je le laisse sur place pour aller essayer d'appeler mon père. Impossible ..... Seules informations l'AFP sur internet : "c'est l'ONIA.....".
Je sais ce qu'il y a dedans j'ai visité au cours de mes études...

Toujours pas de nouvelles de mon père. Impossible de joindre mon frère (dans les Hautes-Pyrénées). J'ai besoin de parler à quelqu'un de proche, je me sens seule et perdue...

Midi, enfin j'ai ma belle-soeur au téléphone, mon frère a pu joindre mon père par internet. Il va bien, il est calfeutré, dès qu'il a l'autorisation il quitte Toulouse pour les Pyrénées...

J'ai un message sur mon portable d'un copain complétement affolé, il est blessé à la tête, il cherche son collègue, il va récupérer son père, il y a un nuage....

Aucun train ne part sur Toulouse, il ne faut pas laisser partir les internes mais rien à faire ils veulent des nouvelles,tant pis s'ils doivent finir à pieds, ils partent quand même.
Pour la même raison je dois ramener ma nièce interne au lycée. Je la cherche, lui dis d'aller chercher ses affaires. Pas de cours cet après-midi.
13h30 nous partons, avec des tas de consignes : "Passe par le Gers, on ne peut pas traverser Toulouse...."

Je n'ai toujours pas d'autres nouvelles de mon père. Avant de démarrer, je rappelle chez mon frère ; ça y est il a enfin pu parler à mon père, il se prépare et il part.
Je m'assieds dans la voiture et j'éclate en sanglots, je dis à ma nièce "j'ai eu si peur,si tu savais ...."

Voyage, long voyage, je m'arréte en chemin pour m'acheter 2; 3 bricoles (je ne pars pas au lycée avec mes bagages). Il me tarde d'arriver.

En fin d'après-midi, on est tous là, chez mon frère, on a besoin d'être ensemble, ça fait 3 ans qu'on a besoin de se retrouver pour passer les moments difficiles, ça en fait un de plus qui se rajoute à la liste.

La famille s'inquiète, nous trouve là, est rassurée.
La journée n'est pas finie j'apprendrai encore une mauvaise nouvelle vers 20h....

Lendemain matin tôt, retour à Toulouse, je cherche des copains, des nouvelles, je tourne dans Toulouse. C'est l'horreur.

Les jours, les semaines, les mois qui suivent, je vais vivre avec. Écouter, essayer de trouver des solutions, me battre avec l'administration...

Ce n'est que plus tard que je m'apercevrais que la charpente de la maison a bougé, que quelques fissures nouvelles sont arrivées.... Mais ce n'est pas grave.

5 ans, on pourrait croire que c'est de l'histoire ancienne.... Fin août, les embouteillages m'obligent à passer Route d'Espagne, devant les LP Françoise et Galliéni, la même angoisse, la gorge se noue, les larmes me montent aux yeux, je ne peux pas regarder ces ruines, je connais trop ces Lycées....
En continuant, je me rends compte que je vois toujours cette cheminée rouge et blanche avec ces 3 lettres qui n'ont pas été attribuées aux plaques minéralogiques de la Haute-Garonne. Je ne peux même pas dire depuis combien de temps elle a été démolie....

Non, je n'oublierai pas et je crois que j'en guérirai pas !