Elle avançait en roulant des hanches. Ses talons ponctuaient la musique de ses pas. Elle avançait, fière et sereine, droite comme un totem. Ses cheveux caressaient la courbe de son dos.

Léa se prend pour une panthère tueuse, Léa est une allumeuse.

Elle passait aux terrasses de cafés, elle se postait là, comme si elle attendait. Elle restait debout, soupirait et regardait sa montre, elle jetait des regards en coin pour voir si son manège prenait.

Léa se prend pour une panthère tueuse. Léa est une allumeuse.

Elle vérifiait son reflet dans les vitres des voitures garées. Elle s’arrêtait surtout devant celles qui la déformaient, lui renvoyaient une image tassée et cassée jusqu’à la voiture d’après où elle retrouvait sa beauté.

Léa n’est pas très sage, Léa aime son image.

Elle faisait la sortie des cinés, repérait les hommes délaissés et elle les suivait. S’ils se retournaient, elle avait gagné.

Léa se prend pour une espionne, Léa aime ses cheveux de lionne.

Elle aimait aussi se faire suivre, elle se sentait parfois cire.

Léa se voudrait pure, mais Léa a le regard dur.

L’hiver elle marchait en décolleté et sa peau pâle semblait givrée comme la rosée. L’été, elle marchait hâlée, les pointes de ses seins trouaient le tissu léger.

Léa est un peu cinglée, Léa aime provoquer.

Elle posait toute la journée, c'était son métier, et son reflet sur papier glacé lui plaisait.

Elle tournait et dansait comme une bouée qui n’a jamais trouvé de jetée.

Léa est une allumeuse, Léa est malheureuse.