ô arbre , accueille moi !                                             (Claudel)
Couché sous les ombrages verts                                  (Ronsard)
Tout conspire à la fois à troubler mon repos                   (Boileau)
Odeur du temps brin de bruyère                                  (Apollinaire)
Bien posé sur un coussinet                                        (La Fontaine)
Rien derrière moi et rien devant                                  (Reverdy)
Et s’il revenait un jour.                                              (Maeterlinck)


Ni vu, ni connu                                                         (Valéry)
On croit sentir tomber comme une neige noire               (Rodenbach)
Voici novembre en son manteau grisâtre                       (Verhaeren)
En vain ! L’azur triomphe et je l’entend qui date             (Mallarmé)
Mes souvenirs sont si nombreux                                  (Cros)
Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres          (Baudelaire)
Rappelle-toi cela Barbara                                            (Prévert)
En mars il y a le printemps.                                          (Queneau

Mido