07 août 2005

Texte contraint (10 lignes à peu près)

La sonnette retentit alors que j’étais en train de tremper pour la trente-troisième fois mon biscuit en chocolatine dans mon thé vermillon matutinal et néanmoins habituel et ce, tout en écoutant Radio Nostalgie.Cet exercice quotidien et le nombre trente-trois m’ont été recommandés fermement par ma psy pour me soigner de mes rongements chroniques d’ongles d’orteils.Ce « dring » inopiné et désormais insolent, m’empêcha d’effectuer le gargarisme final au jus d’hibiscus également prescrit.Je découvris sur le pas de ma porte un petit homme... [Lire la suite]
Posté par martinlothar à 21:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 août 2005

Texte con-train

Triste matin.. Je reviens du funérarium où j’ai accompagné pour son dernier voyage mon ami le plombier. Faute de vétérinaire de garde, il fut appelé pour tenter de déboucher une oie du Capitole impossible à gaver. Ses gargarismes laissaient croire à une bronchite aviaire… C’était bien un problème de tuyau… L’appel était légitime. Coiffée d’une chaussette (seul instrument à la forme propice), qui l’aveuglait afin de ne pas l’affoler à la vue des pinces et marteaux, le volatile romain s’enfuit vers la voie ferrée où mon ami rencontra le... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 août 2005

Texte Contraire

De la maternité, le peintre rentrait à Saint Sernin. Son crachat atteignit le béret d'un Parisien près du Canal où flottait un croissant.
Posté par lewis_carroll à 16:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 août 2005

Je ne viens pas les mains vides

Mon idole m’aime et s’amène indolente sous le dolmen de Dole même.
Posté par martinlothar à 10:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 août 2005

Bonjour, c'est moi : poussez-vous un peu...

J'ai réussi enfin à rejoindre Frivoli !Fait chaud ici.Mais c'est sympa.Où est le bar ?
Posté par martinlothar à 10:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 août 2005

Texte contraint

Après ma visite au funérarium, je croisai un plombier, en direction du Capitole, qui chantonnait en faisant d'étonnant gargarismes ; ses chaussettes, rayées comme une voie ferrée, étaient couleur de chocolatine. Posté par Vrai Parisien, 06 août 2005 à 23:46
Posté par Ennairam à 00:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 août 2005

Tante Marthe

En entrant dans le funérarium elle revêt un masque de circonstance. L’oncle Roger plombier de son état, assis à côté du cercueil, lit Capitole Info. Dès qu’il l’aperçoit il se lève, l’étreint gauchement, étouffe un sanglot, qui résonne comme un gargarisme. Elle pose les questions rituelles, dit les mots qu’elle croit adaptés, se surprend à rêver d’un café, tout de suite, même un jus de chaussette. La défunte recouverte de satin blanc lui semble sereine, le visage fardé ne laisse rien paraître de son secret. C’était avant-hier qu’on... [Lire la suite]
Posté par Ennairam à 00:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]